Article sur VENTO-SOL publié par Touléco Tarn

L’équipe VENTO-SOL remercie Johanna Decorse pour son article sur VENTO-SOL dans Touléco Tarn, qui parle d’ECOBANG-NAVY comme solution pour gérer les effluents phytosanitaires.

Publié le : 24 mai 2022

Retrouvez l’article sur le site de Touléco Tarn en cliquant ici : https://www.touleco-tarn.fr/Depuis-le-Tarn-Vento-Sol-embarque-les-effluents-phytosanitaires,34368

Article entier :

Depuis Castres, Vento-Sol embarque les effluents phytosanitaires

La société tarnaise Vento-Sol, spécialisée dans le traitement des effluents phytosanitaires, a développé un nouveau concept de cuves de stockage dans des bateaux de plaisance reconditionnés. Un prototype, un ancien voilier d’une capacité de 4000 litres, a déjà été testé et validé.

L’équipe de Vento-Sol développe depuis le premier confinement un projet de recyclage de voiliers en fin de vie au service du traitement des effluents phytosanitaires agricoles.

Créée en 2010 à Castres, la société Vento-Sol s’est spécialisée dans le traitement des effluents phytosanitaires agricoles. Après plusieurs années de bras de fer judiciaire, qu’elle a finalement gagné, pour contester la procédure d’homologation demandée par le ministère de la Transition écologique, l’entreprise tarnaise a démarré la commercialisation de sa gamme Ecobang en 2015. Elle propose, en kit ou clé en main avec une cuve, un système basé sur une ventilation forcée et une cheminée de sortie d’air qui permet l’évaporation des effluents aqueux pendant leur stockage dans des cuves fermées.

« Après le traitement des champs avec des produits phytosanitaires, les agriculteurs doivent nettoyer les pulvérisateurs. La France a été l’un des premiers pays au monde à légiférer afin que les eaux de lavage ne soient pas rejetées dans la nature. La solution que nous avons imaginée pour traiter ces effluents, sans épandage, permet à l’eau de s’évaporer. Seul le résidu sec doit être récupéré pour être éliminé par Adivalor, l’éco-organisme en charge de la gestion des déchets de l’agrofourniture. Notre dispositif est économique car il s’adapte à toutes les cuves, enterrées ou non, quelle que soit la matière, acier, plastique ou béton, et la taille. Nous avons équipé des cuves de quelques dizaines de litres à plus de 20 m3 », explique Nicola Vento, le fondateur de Vento-Sol.

La société, qui donne aussi dans le sur-mesure en déclinant son dispositif sur d’anciennes citernes de stockage de vin, a commercialisé quelque 340 Ecobang depuis le lancement de sa gamme. Elle a enregistré 123.000 euros de chiffres d’affaires en 2021 et vise 150.000 euros de volume d’activité cette année. « La majorité de nos clients sont des viticulteurs mais nous avons aussi équipé une trentaine de maraîchers italiens et plusieurs expérimentateurs en produits phytosanitaires, dont BASF Agro, qui a testé toutes nos versions », précise le dirigeant de l’entreprise.

Des bateaux à remplir

C’est dans une logique d’économie circulaire et de réemploi que Nicola Vento a développé durant le premier confinement son nouveau concept « Ecobang-Navy ». Il consiste a récupérer d’anciens bateaux de plaisance pour les transformer en cuves de stockage, que Vento-Sol équipe de son dispositif d’évaporation des effluents aqueux. « Notre projet a tout de suite séduit l’Association pour la Plaisance Ecoresponsable (Aper), l’éco-organisme qui gère la filière de déconstruction de ces bateaux en fin de vie. Le gisement est énorme. L’Aper estime à environ 5000 le nombre de bateaux à détruire chaque année et nous aidera à identifier ceux qui correspondent aux besoins de nos clients. »
Pour son prototype, Vento-Sol a recyclé un ancien voilier de six mètres de long et d’une capacité de stockage de 4000 litres en faisant appel à la société Bathô. Établie à Rézé, près de Nantes, elle construit des hébergements insolites à partir de voiliers et vedettes de plaisance en fin de vie.

« L’entreprise a vidé le bateau, réalisé l’étanchéité et installé le couvercle qui vient fermer le dessus. Nous l’avons récupéré en septembre 2020, l’avons rempli d’eau et avons mené des tests durant quinze mois pour vérifier le bon fonctionnement de notre système d’évaporation et apporter les améliorations nécessaires. » Vento-Sol, qui démarre la commercialisation de son nouveau concept de « bateaux à remplir », met en avant une « solution économique » dans un contexte de hausse des matières premières et espère aussi séduire les particuliers pour le stockage des eaux de pluies.
Article sur VENTO-SOL de Johanna Decorse.